Je tenais tout particulièrement à faire ce premier blog sur l’impact de la production de vêtements pour notre si jolie planète ! Vous pourriez enfin tout savoir ou presque sur le cheminement de nos vêtements.

« La mode éthique ou encore appelée éco-responsable a de forts engagements pour la société et l’environnement. Elle se distingue par le choix des matières et par les lieux de fabrication de ses articles. Elle se distingue également par les offres de ses collections, par sa transparence, par son équité et par ses engagements solidaires. La mode éthique est adaptée à toutes les personnes qui sont soucieuses de l’avenir de l’environnement. »

Comme décrit ci-dessus, chaque personne peut contribuer à lutter contre ce phénomène de pollution. La boutique YOG’N FIT essaye du mieux qu’elle peut à favoriser les matières premières recyclés, en collaborant avec des marques soucieuses de l’environnement.

Je suis consciente que quelques marques ne travaillent pas avec le coton biologique ou d’autres matières recyclées, mais je suis convaincue que dans un avenir futur, nous pourrons avoir plus de matières biologiques.

Chaque petite attention est un est grand pas pour préserver la planète.

Saviez-vous que l’industrie de la mode est le 2ème secteur le plus polluant juste derrière celle du pétrole?

J’ai envie de répondre, beaucoup beaucoup de choses !

  • LES MATIERES PREMIERES

Le « coton » représente à lui seul 25 millions de tonnes de production en 2017 aux Etats-Unis, en Inde et en Chine.

La production du coton est nocive pour la planète par plusieurs facteurs :

  • Les pesticides : Les producteurs utilisent des pesticides pour que les cotonniers grandissent plus rapidement. L’utilisation des pesticides pour le coton représente ¼  de la consommation mondiale. Le coton biologique représente que 1% des surfaces mondiales, ce qui est vraiment peu!

Ceci est dû à sa faible résistance aux parasites. L’eau :

  • Le coton est le 1er consommateur d’eau devant le riz et le soja.

  • L’EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE ET PRODUITS POLLUANTS 

Pour la confection des vêtements, l’utilisation du Polyester est très répandue. Malheureusement, le Polyester n’est pas une plante naturelle comme le coton. Il est fait à base de pétrole, dans des industries qui émettent beaucoup plus de C02.

C’est 40 millions de tonnes de production de polyester en 2015. Ensuite vient la transformation des matières premières, qui se déroule dans des usines qui utilisent des substances toxiques (cuivre, plomb…). Heureusement en France, nous avons des règles pour la préservation de l’environnement. En revanche des les pays en développement, c’est plus « flou » et ces substances toxiques sont souvent déversées dans la nature à la sortie des usines.

  • LE TRANSPORT

Pour finir, nous avons le transport : les vêtements voyagent beaucoup entre la production, la confection et l’expédition. Ce qui émet 1.2 millions de tonnes de gaz à effet de serre juste pour l’industrie du textile.

  • LE LAVAGE

Lorsque l’on passe un vêtement à la machine à laver, celui-ci perd des micros-fibres.

Le problème c’est que ces microfibres sont tellement petites, qu’elles ne sont pas filtrées par les stations d’épuration.

Anecdote : Chaque année, c’est donc 500 000 tonnes de microfibres plastiques jetés dans les océans. Et étant donné qu’elles ne sont pas biodégradables, elles sont mangées par les poissons, qui eux, finissent dans nos assiettes…

  • LE RECYCLAGE

C’est 4 millions de tonnes de déchets par an en Europe! Seulement 20% des vêtements sont recyclés…

Les espèces animales, dont le cadre de vie naturel est pollué a cause des substances toxiques rejetées par l’industrie textile sont souvent exposées à certains problèmes affectant leur comportement. Parfois, leur fertilité et leurs chances de survie sont affectées. En outre, la fabrication des vêtements en laine, en cuir ou en fourrure peut entraîner la maltraitance de ces animaux.

Il ne faut pas non plus oublier l’impact sur la santé pour la main-d’œuvre qui ne dispose pas toujours de moyens de protection adéquat.

L’énergie dépensée pour faire fonctionner les machines et les entrepôts, le personnel parfois exploité, sous payé et qui met sa vie en danger…

La santé du consommateur aussi peut être affectée quand les habits contiennent des composés cancérigènes ou perturbateurs endocriniens.

Bref, je vais m’arrêter là car ça fait peur ! Sachez que nous pouvons tous contribuer à limiter ces risques, en privilégiant les écolabels et les matières recyclées.

Pour que vous puissiez les identifier, voici les labels écologiques du textile :

LA CERTIFICATION OEKO-TEX

Est valable dans le monde entier depuis 1992. Elle s’applique à tous les produits textiles bruts, semi-finis et finis, à toutes les étapes de traitement et pour tous les matériaux. 

Le système OEKO-TEX® permet d’identifier et d‘éliminer rapidement les sources potentielles de substances à problèmes à chaque étape de la transformation. Dès qu’un produit textile subit une transformation ultérieure ou qu’une modification de sa composition chimique intervient, un contrôle est nécessaire.

LE LABEL GOTS

Signifie « Global Organic Textil Standard ». Il a été créé en 2008 et se réfère aux produits en coton, laine, soie et chanvre. Il permet de certifier l’origine biologique des fibres et le respect de l’environnement et de l’être humain, dans les processus de fabrication. Ce logo assure :

  • qu’au moins 70 % des fibres naturelles utilisées pour la fabrication des vêtements sont d’origine naturelle (coton, laine, lin…) et que leur production respecte les critères du label Agriculture Biologique.
  • l’interdiction d’utiliser des fibres issues d’OGM ;
  • la limitation voir l’interdiction d’utiliser certains produits reconnus comme dangereux pour la santé humaine ou l’environnement lors de la fabrication des vêtements.

LE LABEL GRS

Signifie « Global Recycled Standard ». Il certifie non seulement le contenu recyclé d’un produit mais aussi il vérifie le respect des critères sociaux et environnementaux.

Voilà vous savez tout maintenant ! 🙂

Vous pouvez également aimer :